La Gerbetiere

La Gerbetière est la maison d’enfance du peintre naturaliste Jean-Jacques Audubon.

Au gré d’une promenade, vous longerez peut-être son mur d’enceinte, ou peut-être aurez-vous l’occasion d’y pénétrer à l’occasion d’un événement culturel.

Voici l’histoire de cette demeure historique, une des fiertés du patrimoine couëronnais.

 

Étymologie :

le nom Gerbetière vient de gerberie, lieu où étaient stockés les blés.

« La belle propriété de mon père était située en vue de la Loire… Je la trouvais délicieuse… Tout ce qui en faisait partie me semblait d’une classe supérieure.
Je suis profondément attaché à la France et j’attends avec impatience le jour où je vais entrer dans mon vieux jardin sur les bords de Loire, et d’un pas vif rejoindre ma mère. » Jean-Jacques Audubon

1781 Acquisition de la Gerbetière par Jean Audubon, capitaine de navire et père de Jean-Jacques
1785 Naissance de Jean-Jacques Audubon à Saint Domingue (Haïti).
1788 -1800 Jean-Jacques Audubon se rend régulièrement à la Gerbetière.
1803 Embarquement pour l’Amérique.
1806 Installation aux États-Unis
1812 Il acquiert la nationalité américaine.
1827-1838 Publication des Oiseaux d’Amérique, composé de 435 planches très grand format.
1851 Mort de Jean-Jacques Audubon à New-York.
2002 Acquisition de la Gerbetière par la Ville de Couëron.

 

 

Une belle façade de tuffeau

La Gerbetière est une maison noble du XVIIe siècle modifiée à la fin du XVIIIe siècle par Jean Audubon qui a laissé
ses initiales sur le garde-corps du balcon.
Le grand jardin, protégé par ses hauts murs, est une invitation à la rêverie : il abrite quelques arbres exotiques, néflier
du Japon, eucalyptus et de nombreuses essences locales.

La naissance d’une vocation

Jean-Jacques Audubon a vécu à la Gerbetière quelques précieux moments de son enfance. Attiré par les marais
environnants, il y fit ses premiers dessins, aujourd’hui conservés en grande partie à La Rochelle.
« C’est à peu près à cette époque que je me lançais dans une série de dessins des oiseaux de France, que je poursuivis jusqu’à en réunir plus de deux cents. »
Son père fréquentait chirurgiens de bord, négociants, marins et notamment Charles-Marie d’Orbigny, tous passionnés de botanique et d’histoire naturelle, qui vont encourager sa vocation. « Je grandis et ma passion pour l’histoire naturelle grandit avec moi. Tout ce que voyais, j’aurais voulu me l’approprier. Plus ambitieux que les conquérants, je désirais le monde, et mes voeux n’avaient pas de bornes. »
Très jeune, il se rend aux États-Unis, belle destination pour une âme d’aventurier. En Louisiane, il observe, dans les bayous du delta du Mississipi, les plus beaux oiseaux du continent. Son oeuvre majeure, Les Oiseaux d’Amérique,est un véritable chef d’oeuvre.

Aujourd’hui, John-James Audubon est connu de tous les Américains. La National Audubon Society est une
des organisations environnementales les plus puissantes des États-Unis.

Le marais Audubon

À proximité de la Gerbetière s’étendent les marais de la Musse, aujourd’hui dénommés d’après l’illustre enfant du pays. Ils accueillent une faune et une flore très riches : cigognes, hérons, râles des genêts, fritillaires pintades, saules, peupliers et frênes têtards qui bordent les étiers.

Un lieu de culture

La Gerbetière a été restaurée et aménagée par la Ville de Couëron pour devenir un lieu culturel ouvert à tous : expositions, concerts, spectacles y sont régulièrement organisés.

>> Découvrir les balades et randonnées couëronnaises

Des carnets de balade sont également disponibles en mairie et dans les lieux culturels de la Ville.

>> Découvrir les jeux de pistes numériques gratuits, mêlant ballades et patrimoine à Couëron