Le Port Launay et le Paradis

Le port de Loire

Au Moyen-âge, c’est d’ici que l’on traverse la Loire. Le Port-Launay est alors un port de passeurs, mariniers, bargers,  pêcheurs.

 

A partir du XVIIe siècle, les difficultés de navigation dans l’estuaire de la Loire vont grandissant et le Port-Launay devient un avant-port de Nantes. C’est ici que les navires de moyen tonnage arrêtent leur voyage. Les plus gros restent à Paimboeuf, les plus petits peuvent remonter jusqu’à Indre ou même Nantes. La marchandise est alors transférée de bord à bord, vers des embarcations plus petites : gabarres ou barques, et acheminées jusqu’à Nantes. Celles qui doivent être exportées suivent le chemin inverse. Au XVIIIe siècle, nombreux sont les navires hollandais qui arrivent à vide à Couëron. Ils doivent avant tout décharger leur lest, puis ils repartent avec du vin de Loire, dont ils font souvent de l’eau de vie !

 

Jean Boudet, traducteur de langues étrangères, habite à Couëron au XVIIIe siècle. Sa charge est d’aider les capitaines à effectuer toutes leurs missions à quai : correspondance avec les négociants nantais, les douaniers, les délesteurs, et même approvisionnement en vivres auprès des boulangers et bouchers de la ville.

 

Le village

Le village forme un quai en bord de Loire. Le bâti s’étend le long de la rive et remonte vers le nord pour se prémunir des caprices du fleuve. Même si de nombreuses maisons ont été reconstruites au XIXe siècle, il reste au Port-Launay de nombreux détails d’architecture témoignant de son passé ancien.

 

Le passage de la Loire

Sans îles pour encombrer le chemin, reliant deux villages, Le Pellerin et le Port-Launay, c’est l’endroit idéal pour traverser la Loire, ce qui est attesté depuis le Moyen-Age.

 

Le droit de passage était un privilège seigneurial. Le seigneur affermait ce droit moyennant une redevance, et il était mis en œuvre par un passeur. À partir de la Révolution, l’organisation du passage est dévolue au département. Plusieurs types de bacs se succèdent au fil du temps : barques et charrières, bac à vapeur, bac à chaînes et aujourd’hui bac amphidrome.

 

Où est passée la Loire ?

Il a deux siècles, l’actuel Paradis se trouvait en plein milieu de la Loire. Engagés afin de rendre l’estuaire facilement navigable, les travaux d’endiguement des XVIIIe et XIXe siècles ont éloigné le fleuve du Port-Launay.

 

Le passage, qui avait auparavant près d’un kilomètre de long, a été diminué de moitié. Ce sont les passeurs, à la rame, qui ont dû être contents ! Les villageois, eux, n’y voyaient que des contraintes. Mais l’important était que les navires puissent atteindre Nantes.

 

Découvrez Le Port-Launay à travers l’histoire lors d’une balade… Balade numérique « Mystère au Port Launay »

 

Carnet de balade « Le Port-Launay : des hommes, un port, un fleuve…«