Alcide d’Orbigny

Une peinture murale, d’après Maurice Masselin, est installé dans le centre ville de Couëron, en l’honneur de cette personnalité couëronnaise. 

 

Alcide Charles Victor Marie Dessalines d’Orbigny est né à Couëron le 6 septembre 1802. Il est issu d’une famille de voyageurs et de naturalistes. Son père Charles-Marie, médecin dans la marine, lui transmit son enthousiasme pour les sciences naturelles. La famille s’installa en 1820 à la Rochelle, une ville ouverte sur la mer et les voyages. Il mourut à 55 ans, à Pierrefitte le 30 juin 1857, en laissant derrière lui une œuvre scientifique immense.

 

Le voyageur-naturaliste

Le travail qu’Alcide d’Orbigny publia à l’âge de 23 ans sur les foraminifères impressionna les scientifiques de l’époque. Le Muséum le choisit alors comme voyageur-naturaliste pour une mission en Amérique du Sud. Ce voyage dura 7 ans et le conduisit au Brésil, en Argentine, au Paraguay, au Chili, en Bolivie et au Pérou où sa mémoire est encore très présente. De cette mission, il rapporta une moisson scientifique impressionnante et de nombreuses publications concernant la botanique, la zoologie, la géographie, la géologie et l’ethnographie.

 

Le chercheur

Il laissa à la postérité une collection de plus de 100 000 spécimens végétaux ou animaux qui constitue un patrimoine d’une richesse exceptionnelle. Déposée au Muséum d’histoire naturelle à Paris, elle reste très activement consultée par des spécialistes du monde entier.

 

Un héritage scientifique et culturel

Naturaliste complet et écologiste avant l’heure, il est le précurseur de la biogéographie. Il a approfondi la connaissance du règne animal et végétal en décrivant plusieurs milliers d’espèces actuelles et fossiles. Il est considéré comme le père de la micropaléontologie pour avoir établi les bases de la classification de ce groupe. Il a également défini la première échelle des temps géologiques grâce aux espèces d’invertébrés fossiles trouvées dans les couches géologiques de France.