« Marchez, pédalez à Couëron »

Dans chaque ville de la métropole nantaise, un ensemble d’actions pour favoriser la pratique de la marche et du vélo est prévu dans le cadre du plan de déplacements urbains (2010-2015).

 « Marchez, pédalez ŕ Couëron »

Chaque ville est invitée à élaborer un plan communal de déplacements doux (PCDD). La ville de Couëron a souhaité connaître les pratiques de ses habitants afin d’apporter la réponse la mieux adaptée au contexte local. Pour cela, une enquête a été menée sur la commune, du 6 juin au 13 juillet derniers.

Le questionnaire « Marchez, pédalez à Couëron » a été diffusé le plus largement possible dans les établissements scolaires, les bâtiments publics, à la gare SNCF, sur le marché, lors du forum agenda 21, dans le milieu associatif, etc. En tout, 340 questionnaires ont été retournés sur les 2400 distribués, soit un taux de retour de 14,5 %. Des réponses recueillies, il ressort que les personnes questionnées ont une image positive de la marche et du vélo, même si elles ne sont pas toutes des utilisateurs réguliers de ces modes de déplacements. Voici quelques résultats de l’enquête.

Qu’est-ce qu’un PCDD ?

  • Un moment d’échange avec les habitants sur le thème du déplacement
  • Un état des lieux de leurs besoins
  • Une aide à la décision pour les élus

Qui a répondu à l’enquête ?

Les personnes ayant répondu au questionnaire sont d’horizons différents. Les trois quarts habitent à Couëron, et parmi eux, deux sur trois travaillent en dehors de Couëron, en particulier à Nantes et à Saint-Herblain. Des habitants des quatre quartiers de Couëron sont représentés dans l’enquête. Le quart restant n’habite pas Couëron mais y travaille ou bien y étudie. Les jeunes de 12 à 26 ans constituent la catégorie d’âge la plus représentée, suivis par les 26-59 ans.

Les Couëronnais font-ils du vélo au quotidien ?

velo.jpg

Les avis concernant les conditions de circulation à vélo dans Couëron sont plus mitigés. Les principaux obstacles à la pratique du vélo seraient avant tout le manque de pistes cyclables et le manque de sécurité.

Les personnes ayant une activité professionnelle sont les plus grands utilisateurs du vélo sur leurs trajets domicile-travail.

15 % des personnes qui répondent à cette enquête affirment d’ailleurs se rendre régulièrement à leur travail à bicyclette.

L’utilisation du vélo pour aller faire des courses de proximité et/ou pour aller pratiquer ses loisirs demeure une pratique assez occasionnelle, mais non négligeable : 25 % le font au moins de temps en temps.

 

Les Couëronnais marchent-ils au quotidien ?

Les personnes répondant à l’enquête estiment que marcher dans Couëron est plutôt agréable.

Pourtant, il semble que le principal obstacle à la pratique de la marche soit la distance.

Parmi les autres contraintes limitant le recours à la marche : des enfants à déposer à l’école avant le travail, la pluie, le manque de temps, des trottoirs en mauvais état, des poubelles sur les trottoirs, la pollution, des courses à porter, des chemins en montée, etc.

Cependant, les personnes ayant répondu se montrent attachées à faire leurs achats de proximité à pied. Une pratique encore aujourd’hui ancrée dans les modes de vie, malgré l’existence de grandes surfaces et de centres commerciaux.

Les élèves scolarisés représentent dans les résultats la catégorie qui marche le plus au quotidien. Ils détiennent aussi le record d’utilisation des transports en commun.

marcher.jpg

 

Quelles suggestions ?

La thématique des déplacements doux a suscité des propositions de la part des personnes ayant répondu à l’enquête, comme par exemple la poursuite de l’aménagement des abords des écoles et le développement des
voies pour les cyclistes.

Sur la base de ces demandes et avec l’expertise des membres d’un atelier citoyen dédié aux déplacements doux, deux cartes d’expertise d’usage ont été établies : sur la thématique piétonne et sur la thématique cycliste.

Tous ces éléments sont compilés dans le plan communal de déplacements doux de Couëron et feront l’objet d’arbitrages. Les demandes de travaux retenues seront intégrées dans le plan pluriannuel d’investissement des différents acteurs concernés - Nantes métropole, le Conseil général de Loire-Atlantique, etc.

 


Pour en savoir plus :

Retour en haut de page