Coopération décentralisée et solidarité internationale

Une coopération décentralisée entre Couëron et Zorgho (Burkina Faso).

coopération décentralisée_5359.jpg

Qu’est-ce-que la coopération décentralisée ?

La coopération décentralisée désigne l’établissement de relations de long terme entre des collectivités locales françaises et étrangères qui se lient, sous forme conventionnelle, dans un intérêt commun. Elle repose sur une convention ou sur un protocole. Celle-ci définit les actions de coopération prévues et leurs modalités techniques et financières. On parle de « coopération Nord-Sud » établie dans un intérêt commun des populations des deux collectivités.

Coopération Couëron-Zorgho

Les liens d’amitié qui unissent Couëron à cette commune burkinabé depuis l’an 2000 ont évolué dans une démarche basée sur le partage et la réciprocité.

Le 21 septembre 2009, les villes de Couëron et Zorgho ont signé à Couëron, un protocole de coopération décentralisée. Les objectifs de cette action portent sur le développement des valeurs universelles des droits de l’Homme (notamment, les droits fondamentaux à l’égalité pour les femmes et la charte des droits de l’enfant), sur le soutien à la gouvernance locale pour un développement du territoire (mise en place de services publics de base, mobilisation des acteurs économiques, formation des cadres et des élus, assistance à la maîtrise d’ouvrage locale).

Depuis cette date, de nombreux échanges ont eu lieu entre nos deux villes : le maire de Zorgho, Edouard Balkoulga, a été accueilli à Couëron en 2011 et 2012 . Un forum de la coopération décentralisée s’est tenu à Zorgho en octobre 2011 réunissant les villes partenaires françaises de Bousbecque, Verrières-le-Buisson et Couëron dans la cité burkinabé. Une délégation de dix couëronnais comprenant quatre élus a participé à ce forum

Voir le Protocole de coopération Couëron-Zorgho (septembre 2009)

« Zorgh’eau », un projet structurant autour de l’eau

Un projet triennal de coopération décentralisée a été établi par les villes de Zorgho , Couëron Bousbecque (Nord) et Verrières-le-Buisson (Essonne) en partenariat avec l’ ONG Eau Vive , les associations Lafi bémé et Zinado 200, engagés par une convention en octobre 2010. Il a pour objectif d’établir une coopération de territoire à territoire entre les quatre villes et une bonne gouvernance de l’eau et de l’assainissement de l’eau à Zorgho.

Ce programme est soutenu par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, la région Pays de la Loire, Nantes Métropole et les agences de l’eau des trois villes françaises dont l’Agence de l’Eau Loire Bretagne .

Téléchargez la présentation du projet Zorgh'eau

Soutien à la Maison de la Femme de Zorgho

Maison de la femme.jpg

Dans le cadre de la coopération décentralisée, la première action commune a été l’aide apportée pour redynamiser une structure associative locale « la Maison de la Femme de Zorgho », établissement institué dans chaque province et qui a pour objectif principal la promotion et le soutien des initiatives des femmes.

Objectif : Créer un cadre favorable à l’émergence des actions féminines pour améliorer les revenus et les conditions de vie des femmes de la localité ; en faire un lieu de vie où chaque association peut se retrouver, un lieu de formation, d’échanges et de culture.

Deux axes prioritaires ont été retenus par concertation entre les deux communes :

  • la mise en place avec des acteurs locaux couëronnais d’actions en direction des groupements de femmes,
  • l’appui à la redynamisation de la structure et à la réhabilitation des locaux de cette structure.

De nombreuses missions soutenues par la ville de Couëron ont été organisées sur place à partir de 2009 et ont permis un appui à la réorganisation (élection d’un comité de gestion COGES) , un soutien à l’autofinancement et des formations de gestion avec possibilités de micro-crédits . A partir de 2011, il est privilégié la mise en place de stages de formation (couture, micro-informatique) . Ces missions ont été confiées par la mairie de Couëron à des partenaires associatifs qualifiés dans ces domaines soit le GREF (Groupement des Retraités Educateurs sans Frontières), le centre socioculturel Henri-Normand de Couëron et l’Amicale Laïque de Couëron centre.

Extraits de compte-rendu de mission du GREF (5 mars 2010) :

"Lors de l’arrivée à la Maison de la femme, on perçoit qu’une vie s’est glissée dans les lieux. Le gardien est plus épanoui que jamais. Cinq femmes, à l’ombre apaisante de l’immense manguier, tissent. A l’intérieur, 3 groupes de femmes suivent des cours d’alphabétisation : des femmes élues, des femmes en alpha initiale, des femmes en complémentaire de base".

" A ce jour, 17 associations et 37 groupements adhèrent (25 adhésions mi-décembre 09)".

"108 femmes au total ont été formées à la gestion et au microcrédit en 3 sessions de 2 jours, en janvier 2010".

Quels liens possibles avec les Couëronnais ?

Des microprojets naissent au sein de la Maison de la femme pour assurer l’autofinancement de la structure. Le développement social et économique de Zorgho repose pour l’essentiel aujourd’hui, comme dans tout le Burkina, sur les initiatives des femmes.

La ville de Couëron soutient les initiatives de ses habitants en direction de la population de Zorgho comme celles initiées par les centre socioculturels Henri-Normand et Pierre-Legendre, les associations « Femmes solidaires » et l’Amicale Laïque de Couëron centre.

Si vous êtes intéressés par des échanges avec les groupements de la Maison de la femme, par la connaissance de leurs actions, un soutien à ces actions... Si vous souhaitez mieux comprendre ce qui se vit sur place dans d’autres domaines éducation, santé, n’hésitez pas à contacter ces associations ou la Ville de Couëron.

Elisabeth GUIST’HAU, conseillère municipale chargée de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale
e.guisthau@mairie-coueron.fr - 06 76 77 09 03

Zorgho en chiffres

carte-afrique.jpg

La commune est située à 110 km de la capitale Ouagadougou sur la route vers le Bénin et le Niger et compte environ 52 000 habitants.

Zorgho est le chef-lieu du Ganzourgou, l’une des 45 provinces que compte le Burkina Faso. Elle se compose d’une ville centre et de 33 villages environnants.

 

 

 

 

 

Voir la carte du Burkina Faso

Un engagement dans la solidarité internationale

Logo Sem Solid Inter.jpg

La solidarité internationale a pour objectif l’établissement de relations entre les partenaires du sud et du nord pour aller vers un monde solidaire.

La ville de Couëron accompagne les acteurs locaux associatifs engagés dans la solidarité internationale pour la mise en place d’actions locales de découvertes mutuelles des cultures.

Depuis 2009, en partenariat avec la Maison des Citoyens du Monde à Nantes, la ville co-organise avec les associations locales la Semaine de la Solidarité Internationale.

Voir le programme 2012

Voir le programme 2011

Plusieurs projets de solidarité internationale sont à l’initiative d’acteurs associatifs de Couëron en direction de partenaires du sud :

  • Nomades de Mauritanie : promotion des échanges avec la Mauritanie et aides aux populations locales par des partenariats avec association de santé, de développement local. Partenariat avec la municipalité de Zouerate.
  • Association ELAN (Espérance et Liberté pour une Afrique Nouvelle) : partenariat avec la communauté de Batoufam (Cameroun) –aide à la scolarisation -construction d’un marché couvert par un groupe de jeunes.
  • Amicale Laïque Couëron centre : un partenariat éducatif avec le foyer de Roseaux (Haïti) et des actions avec la maison des femmes de Zorgho (Burkina Faso) (échanges de jeunes – soutien à la mise en place de formation micro-informatique.)
  • Femmes solidaires : soutien aux programmes santé et protection de la femme de la maison de la femme de Zorgho (Burkina Faso). En savoir plus
  • Centre socioculturel Pierre-Legendre : un partenariat avec la maison des femmes de Zorgho (Burkina Faso) pour la collecte des déchets dans la ville.
  • Centre socioculturel Henri-Normand : un soutien à la communauté de femme de Soubdougou (Burkina Faso) pour la remise en état d’un forage d’irrigation.