Tréfimétaux

Grande halle Tréfimétaux : histoire d'une reconversion, de l'industrie vers la culture

Consultez le carnet de balade "A la découverte du patrimoine industriel de Couëron"

 

Découvrez le film retraçant l'évolution des bords de Loire à Couëron, et notamment de la grande halle Tréfimétaux.

 

Du projet à la réalité

ecatap_6708.jpgSuite à la fermeture de l’usine Tréfimétaux à la fin des années 80, la Ville de Couëron avait procédé à l’acquisition de la Tour à plomb et de 2780 m² de bâtiments pour un franc symbolique. L’intention était alors de réaliser à terme un équipement public dédié à la culture et aux associations.

Inscrit au Plan pluriannuel d’actions municipales 2003-2010, l’Espace de la Tour à plomb (ETAP) a ainsi ouvert ses portes en décembre 2009. Aujourd’hui, le patrimoine industriel de la commune revit au profit des Couëronnais et de nombreuses associations qui s’y retrouvent dans des locaux dédiés et des espaces de réunion.

L’ETAP accueille également une salle d’exposition, la Cour carrée, et un café-concert, le Magasin à huile. Cette reconversion de l’ancien site s’inscrit dans la continuité du réaménagement des bords de Loire, entrepris en 2001 par Couëron et Nantes métropole, couronné en 2002 par la première édition de Couëron en Fête et qui se poursuivra avec l’aménagement du nouveau quartier Rives de Loire.

 

La grande halle devient médiathèque

Au pied de la Tour à plomb, sur le site de la grande hall de l’ancienne usine Tréfimétaux, la médiathèque Victor-Jara de 1300 m2 a ouvert ses portes en mai 2014. La bibliothèque Victor-Jara, à l’étroit dans ses murs, a pu ainsi prendre une retraite bien méritée et laisser place dans les années à venir à un lieu de convivialité qui offrira un point de vue exceptionnel sur le fleuve.

Egalement face à la Loire et tournée vers l’avenir, la médiathèque offre des espaces de vie, de rencontres et de discussions autour des collections.

 

Un peu d’histoire

Tréfimétaux Tour a plomb.jpgLa médiathèque s'installe dans la grande halle de l'ancienne usine Tréfimétaux, située au pied de la Tour à plomb. Une usine construite sur les friches industrielles des fonderies et laminoirs de Couëron. Ils furent créés en 1861 afin de produire du plomb et des produits dérivés de ce métal. Bref retour sur l’histoire de ces lieux !

              • L’usine

Au fil du temps, les fonderies et laminoirs de Couëron prirent le nom de Pontgibaud en 1879 puis de Tréfimétaux en 1964. Dès 1877, de nouveaux produits furent développés en particulier le plomb de chasse. De nouveaux bâtiments furent construits dont certains aujourd’hui existants : grande halle, tour à plomb, bâtiment municipal (services jeunesse et sports), halle de la société Sacmo. A la fin des années 70, l’usine devint déficitaire et en 1986, elle se consacra exclusivement aux activités de relaminage. Elle procéda à la vente de 4 hectares de terrain avec leurs bâtiments. Après des années de luttes sociales, la fermeture définitive de l’usine entraîna le licenciement de ses 160 ouvriers.

              • La tour à plomb et la fabrication du plomb de chasse

Dès 1877, de nouveaux produits furent développés en particulier le plomb de chasse réputé par la suite pour leur grande qualité. A cette fin, la tour à plomb qui mesure 69,40 m fut construite. Au niveau le plus haut se trouvait un équipement pour fondre le plomb et des « poêles » percées à la taille de plombs souhaitée. La chute des billes de plomb mêlé d’antimoine et d’arsenic permettait d’obtenir des plombs de chasse parfaitement sphériques recueillis dans une cuve remplie d’eau placée à un niveau inférieur. Cette activité fut interrompue en 1957 ou 1958. La tour à plomb de Couëron, classée au titre des Monuments historiques, est aujourd’hui une des dernières de France.